Assurance maintien de salaire

Prévoyance individuelle Garantie Maintien de Salaire

Assurance maintien de salaire : fonctionnement et comparaison

L’incapacité (l’arrêt) de travail causée par un accident ou une maladie peut avoir de graves conséquences pour la personne qui travaille et sa famille. La perte de revenus qui accompagne généralement un tel événement peut fragiliser l’équilibre financier d’une famille. Heureusement, il est possible de se protéger contre ce risque en souscrivant une assurance maintien de salaire, également appelée assurance perte de revenu. Voyons comment fonctionne ce type d’assurance et comment trouver la meilleure pour vous. 

Assurance maintien de salaire : qui peut s’assurer ?

De nombreuses compagnies d’assurance, mutuelles, banques commercialisent des assurances perte de revenus. 

Dans la plupart des cas, ce sont les particuliers (salariés, fonctionnaires, TNS, etc.) qui souscrivent leur propre assurance. Il s’agit donc d’une démarche individuelle dans les cas où, par exemple, leur employeur ne propose pas un tel régime. Le contrat est donc personnalisé et hautement paramétrable : il sera possible de choisir un niveau de couverture sur mesure (notamment en ce qui concerne le montant de l’indemnité journalière)

Aujourd’hui, il est facile d’obtenir un devis pour une assurance maintien de salaire en ligne, par téléphone ou dans une agence. 

Il est également possible pour les entreprises de souscrire ce type d’assurance pour leurs employés. Cela peut être : 

  • obligatoire : l’entreprise est tenue d’établir un tel contrat conformément à la convention de branche ou à la convention collective à laquelle elle est soumise. Si c’est le cas, l’accord exigera un niveau minimum de couverture, mais la compagnie peut aller plus loin et offrir une couverture plus complète. Par exemple, le régime peut être introduit par une décision unilatérale de l’entreprise (DUE) ou par un accord avec les représentants des salariés.
  • Si une entreprise souhaite introduire une assurance prévoyance pour ses employés, il est préférable de discuter d’abord avec eux de leurs attentes. Sur cette base, l’entreprise peut demander des devis et lancer des appels d’offres, notamment en fonction des critères que nous avons vus précédemment. 

Il convient de rappeler que les régimes de pension d’entreprise ne se limitent pas, en principe, à couvrir le risque de perte de revenus. En général, le contrat couvre également le risque de décès ou d’invalidité de l’employé.

Notre comparatif de l’assurance maintien de salaire

De nombreuses compagnies d’assurance et mutuelles proposent une assurance maintien de salaire. Pour vous donner une première idée, Assuremoi.re vous propose une courte comparaison de contrats.

  • Complément de revenu jusqu’à 100 € par jour (indemnité journalière ajustable)
  • La maladie peut dépasser 15 jours (l’accident peut dépasser 3 jours).
  • Période d’indemnisation allant jusqu’à 1095 jours
  • Assistance MMA (aide à domicile, etc.)
  • Choisissez la durée maximale d’indemnisation et 1/2 si reprise du travail à temps partiel.
  • Indemnisation à partir du 4ème jour d’hospitalisation (si l’hospitalisation dépasse 3 jours)
  • Exemption de cotisations en cas de versement de prestations

Comment est calculée la couverture du maintien du salaire ?

L’assurance perte de gain permet à l’assuré de recevoir une indemnité journalière en plus des prestations versées par les assurances sociales et l’employeur en cas de risque (maladie, accident, etc.). Grâce à cette assurance, il est possible de maintenir les salaires à 100% en cas de cessation temporaire d’activité. Tout dépend du contrat conclu et du niveau d’entretien choisi. 

Selon le contrat, l’indemnité journalière peut être calculée comme suit .

  • Rémunération : l’indemnité journalière est alors calculée en pourcentage du salaire brut. Par exemple, Malakoff propose trois niveaux, allant de 75% à 85% de ce salaire total. Les primes peuvent également être prises en compte. C’est le cas, par exemple, de certaines formules GMF.
  • Forfait : l’indemnité journalière est exprimée en euros et est choisie par l’assuré (ou l’entreprise qui établit le régime d’assurance de groupe) au moment de l’adhésion. Ce montant peut être ajusté ultérieurement et la contribution sera modifiée en conséquence. C’est le cas, par exemple, de la formule MMA, où l’assuré choisit le niveau de l’indemnité journalière (jusqu’à 100 € par jour, voire plus après des formalités supplémentaires). 

A titre d’illustration, voici les indemnités journalières proposées par les 3 formules GMF 

Formule 1 Formule 2 Formule 3 Jusqu’à 80% du salaire Jusqu’à 100% du salaire Jusqu’à 100% du salaire Primes non prises en compte Jusqu’à 10% de la prime Jusqu’à 100 de la prime

Dans tous les cas, les avantages ne peuvent pas dépasser le salaire brut. Par conséquent, la somme des IJ du contrat de sécurité sociale IJ + maintien du salaire + prévoyance ne peut pas dépasser ce montant. 

Assurance maintien de salaire : combien coûte-t-elle ? 

Si le salaire mensuel net est de 1 400 €, la cotisation mensuelle moyenne est de 14,90 €. Veuillez noter que la cotisation annuelle pour un contrat individuel d’assurance maintien de salaire dépend d’un certain nombre de critères. Chaque institution a sa propre politique de tarification, mais les facteurs pris en compte pour le calcul de la prime sont plus ou moins toujours les mêmes. 

En général, le prix dépend notamment de certaines conditions tels que :

Le niveau de couverture : le montant de l’indemnité journalière, la durée maximale d’indemnisation, la franchise, etc. 
L’âge de l’assuré : plus l’assuré est âgé, plus l’assurance sera chère. Pour un même niveau de couverture, le maintien de l’assurance pour le salaire d’une personne proche de l’âge de la retraite est plus coûteux que pour un travailleur plus jeune. Cela est également dû au fait que les salaires évoluent généralement dans le temps. 
La profession de l’assuré et son niveau de revenu. 

N’oubliez pas que les compagnies d’assurance et les mutuelles proposent plusieurs formules et options (par exemple, la GMF à partir de 9,64 € par mois pour la formule de base). Il est donc possible de personnaliser votre assurance en fonction de votre situation personnelle. Le montant peut varier d’une centaine à plusieurs centaines d’euros par an. Comparez autant de devis personnalisés que possible ! 

Comment choisir votre assurance perte de gain ?

Chaque institution du marché de l’assurance perte de revenu (compagnies d’assurance, mutuelles, etc.) a ses propres formules, options, tarifs, etc. Il est donc important de comparer un maximum de devis personnalisés afin de trouver celui qui répond le mieux à vos besoins en cas de risque. 

Lorsque vous mettez vos devis en adjudication, il est tout à fait raisonnable de se sentir un peu perdu. À notre avis, les éléments suivants méritent toute votre attention 

  • Les risques couverts par le contrat, c’est-à-dire la perte de revenus, mais aussi le décès ou l’invalidité. 
    Le montant de la cotisation annuelle : ne comparez que les offres de taux personnalisées.
  • Niveau de couverture : qu’est-ce qui est prévu en cas de risque ? Quel est le montant de l’indemnité journalière ? La prime sera-t-elle prise en compte ? 
  • Si cette couverture est incluse, quel est le montant du capital décès ? Quel sera le montant de la pension en cas d’invalidité ?
  • Quels sont les risques couverts en cas de perte de revenus : accident, maladie professionnelle, maladie non professionnelle ?
  • Quelle est la période d’indemnisation : combien de jours doivent s’écouler avant le versement des prestations ?
  • Quelle est la période d’attente (c’est-à-dire la période après la souscription pendant laquelle la garantie ne peut être appliquée) ? Il est rare qu’il y ait un délai de carence pour l’assurance maintien de salaire. 
  • Quelle est la période maximale d’indemnisation ? Par exemple, que se passe-t-il si je reprends partiellement le travail ?
  • Quelles sont les circonstances exclues ? Congé de maternité, dépression nerveuse, accidents causés par des véhicules à moteur, etc. 
  • Existe-t-il une couverture supplémentaire, par exemple pour les aides ménagères ?

Comme vous pouvez le constater, il y a de nombreux points à prendre en compte pour comparer les contrats. Il s’agit toutefois d’une étape nécessaire pour être pleinement couvert en cas de risque.