Assurance prêt immobilier

Quelle Assurance prêt emprunteur choisir ?

Pourquoi une assurance pour un prêt ?

L’assurance de l’emprunteur, qui est souvent exigée dans le cadre d’un prêt immobilier, est un poste de dépense important. En fait, elle peut parfois peser jusqu’à un tiers du coût total d’une transaction, ce qui fait de sa sélection une étape importante dans l’optimisation du coût d’un achat immobilier.

Inséparable du crédit, l’assurance-crédit apporte la tranquillité d’esprit. Elle couvre le risque de remboursement en cas de décès, d’invalidité ou d’incapacité de l’emprunteur. Mais lequel faut-il prendre ? Coûts, garanties, annulations et avantages de la loi Hamon : nos experts peuvent répondre à toutes vos questions avant que vous ne signiez le contrat. N’oubliez pas la saga juridique de l’assurance de l’emprunteur sur la participation aux intérêts techniques et économiques du preneur d’assurance qui a signé le contrat d’assurance vie.

Quelle Assurance prêt emprunteur choisir ?

Un assuré souscrit une assurance de prêt immobilier comportant une garantie de type indemnitaire. Reconnu en invalidité permanente partielle supérieure à 33 % à la suite d’un accident, il perçoit des indemnités de la Sécurité sociale auxquelles se rajoutent celles de son contrat d’assurance prévoyance. Les montants perçus couvrent 60 % du montant des échéances du prêt.

Pourquoi une assurance pour un prêt ?

Dans ces conditions, l’assurance emprunteur prendra en charge la différence, soit 40 % des mensualités. Une garantie forfaitaire aurait pu prendre en charge un pourcentage de la mensualité sans tenir compte des garanties et prestations existantes par ailleurs. Elle est donc plus protectrice pour l’assuré mais en toute logique, elle sera plus chère.

Appelée aussi assurance emprunteur, l’assurance de prêt n’est pas une obligation légale. Pour autant, elle fait figure de condition quasi obligatoire en vue de l’obtention d’un prêt immobilier. Et pour cause, elle assure à l’organisme prêteur le remboursement du capital en cas de défaillance de l’emprunteur. C’est pourquoi on lui ajoute systématiquement un ensemble de garanties, obligatoires ou facultatives, couvrant tout type de risques et choisies en fonction de votre profil (situation professionnelle, pratique sportive, état de santé…).

Lorsqu’un imprévu intervient, l’assureur prendra lui-même en charge le remboursement de la part du capital restant due, à laquelle ne peut plus faire face l’assuré emprunteur. Cette solution est d’autant plus importante qu’elle permettra souvent d’éviter d’actionner des garanties lourdes de conséquences en cas de survenance d’un imprévu, par exemple une hypothèque ou le cautionnement, dont les risques peuvent être la saisie pure et simple du logement.

Quel assurance pour un prêt immobilier ?

Si l’assurance de prêt est donc un passage obligé pour les candidats à l’emprunt, ils ne sont toutefois pas tenus d’accepter l’offre d’assurance proposée par leur banque ; ils peuvent tout à fait faire jouer la concurrence et opter pour la « délégation d’assurance », c’est-à-dire choisir de souscrire leur contrat chez l’assureur de leur choix, dès lors que le niveau de garanties de ce contrat est équivalent à celui exigé par leur banque. Celle-ci doit l’accepter dans un délai de 10 jours ; en cas de refus, elle doit précisément motiver, par écrit, les raisons de son refus sur la base des critères d’équivalence définis par le CCSF (Comité Consultatif du Secteur Financier).

Vous pouvez également souscrire une assurance en dehors de votre banque et ainsi profiter d’un contrat individuel. Ce type de contrat prend en compte votre profil personnel pour vous proposer des garanties adaptées et des limites d’âge qui correspondent mieux à vos attentes. Ces limites sont définies par chaque assureur, en fonction de ses propres critères. A savoir qu’il est possible de trouver des compagnies d’assurance qui acceptent la souscription de l’assurance prêt jusqu’à 80 ans et proposent une couverture jusqu’à 85 ans.

Il est bon à savoir que la plupart des banques et établissements de crédit prévoient des dates limites au-delà desquelles il sera difficile, voire impossible, de souscrire une assurance emprunteur. Ainsi, la garantie décès n’est en principe plus souscrite dès lors que l’emprunteur dépasse l’âge de 70 ans. De même, souscrire une assurance couvrant l’incapacité totale ou partielle de travail en raison d’une maladie implique presque systématiquement de remplir un questionnaire médical relativement poussé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *